Digemer

Réseau d’hospitalité pour les demandeurs de droit au séjour de la région brestoise

Où en sommes-nous, en France de la demande d’asile et de son traitement ?

Au moment où la loi Darmanin, sur les migrations et les demandes d’asile, est en discussion au Parlement, François Héran, du Collège de France, qui est sociologue, anthropologue et démographe, a tenu une visioconférence pour les “Cent pour un” où il traite de la question et “remet les pendules à l’heure” à partir de statistiques officielles dont devraient disposer tous les parlementaires.

Pour suivre cet exposé, cliquer sur Conférence.

Trouver un toit pour une famille géorgienne

Des parents d’élève créent un cent pour un toit avec Digemer pour aider une famille géorgienne menacée d’être bientôt à la rue. Voyez cet article d’Ouest-France.

Une association pour en finir avec l’exploitation des saisonniers dans l’agriculture

Cette belle initiative d’une association pour et avec des migrants, du côté de Lannion, mérite d’être saluée … et peut-être imitée !
Cliquez sur le lien ci-dessous :
 https://basta.media/Une-association-pour-en-finir-avec-exploitation-des-saisonniers-dans-l-agriculture-traite-etre-humain

Mission accomplie pour le cent pour un toit “Les Yannicks”

Le collectif Cent pour un toit “Les Yannicks” met un terme à son existence : ce n’est pas un échec, tout au contraire c’est une réussite. Sa mission est achevée : le jeune qu’ils accompagnaient a été régularisé, il a un travail en CDI et il est devenu totalement autonome.
Nous ne pouvons que nous réjouir de cette heureuse issue. Comme quoi, c’est possible… même si pour d’autres c’est plus difficile ou problématique.
Félicitations à Yannick et au collectif “Les Yannicks”.
Ci -dessous des extraits  des courriers de Yannick et de son collectif.

Le mot de Yannick

Bonjour à toutes et tous !C’est avec le sourire que je vous écris ces quelques mots pour vous exprimer toute ma gratitude pour la chaîne humaine que vous avez réussi à créer autour de moi.
Cela fait quelques mois maintenant que j’ai repris le travail chez DAMEN, j’ai signé un CDI le 1er juillet dernier. Cette chance me permet d’envisager de manière plus sereine mon avenir en France. Et tout ça grâce à vous tous, du fond du cœur : MERCI.Merci à l’asso Digemer et à tous ces adhérents pour le travail qu’ils font dans le but de venir en aide aux personnes dans le besoin comme cela fut mon cas.
KENAVO !
Yannick

Le mot du collectif “Les Yannicks” à ses donateurs

Nous allons donc mettre fin à ce collectif Cent pour un Toit et fermer le compte en banque, en accord avec l’association Digemer (qui hébergeait notre collectif).
Les virements vers notre compte seront donc prochainement impossibles. Un immense merci et bravo pour vos contributions !Vous pouvez aussi soutenir directement l’association Digemer qui mène un travail précieux et nous a permis d’exister ces dernières années. Elle accompagne plusieurs collectifs et héberge aussi directement de nombreuses personnes. Si cela vous intéresse, et selon vos possibilités, les infos sur l’asso sont par là et pour les soutenir, c’est par ici (via la Caisse d’Epargne directement) !
Si la situation de Yannick s’est améliorée, cela a nécessité plusieurs années d’engagement, de la patience et bien du courage. Nous n’oublions pas toutes celles et ceux qui ont encore besoin d’aide (financière comme morale) face à une dégradation continue des politiques d’accueil et d’hospitalité. Les récentes décisions de la Préfecture faisant peser la menace de la rue sur plus de 50 personnes l’illustrent bien.
Au plaisir de (re)croiser votre route !
Les ami.es, voisin.es et soutiens de Yannick

Plus de 3 000 personnes exilées soutenues par les «100 pour 1»

C’est le titre d’un communiqué de presse fait par les Cent pour un toit qui sont au nombre d’environ 70 en France. A lire ici.

32 migrants mis à la rue par la Préfecture

La Préfecture de Quimper a décidé de mettre fin à l’hébergement d’urgence dont bénéficiaient 32 migrants dans un hôtel brestois. Cette mise à la rue soulève l’indignation des associations, dont Digemer. Voyez l’article de Ouest-France.

Brest : des mises à la rue massives

Une conférence de presse s’est tenue à Brest, avec Digemer et d’autres associations, pour dénoncer les mises à la rue massives qui doivent avoir lieu ce 13 juillet. Voyez cet article de Ouest-France.

Assemblée générale de Digemer

Ouest-France du 20 juin 2023 rend compte de l’AG 2023 de Digemer. Voyez l’article.

Des nouvelles des collectifs autour de St Marc

Compte rendu de la rencontre du regroupement du secteur de Saint Marc-Brest. Du 16 mai 2023 à la Mairie de Saint Marc

100 pour 1 toit « Appartement du Rody » (AF.L.G.)

Il a été créé pour soutenir une famille qui, maintenant autonome mais en attente d’un HLM, occupe le logement Digemer en payant loyer et charges. En accord avec les donateurs le collectif accompagne deux familles logées dans des logements mis à disposition par les religieuses de Kerjean. Il s’agit d’un couple arménien avec un enfant de 12 ans, débouté du droit d’asile, le titre de séjour pour vie privée et familiale a été refusé, ils ont présenté un recours. Ce collectif accompagne aussi un couple albanais avec une fille de 11 ans, Mr a fait une demande de titre de séjour pour cause de santé qui a été refusée et les recours n’ont pas abouti. Le collectif n’a pas à régler le loyer mais les charges sont importantes. Une des familles commence à participer.

Le 100 pour 1 toit « maison du Rody » soutenait une famille albanaise actuellement presque totalement autonome, ce 100 pour 1 toit qui n’avait plus de donateurs a été intégré au précédent.

100 pour 1 toit Brest Même (R.G.)

Le collectif accompagne la famille Doniku : un couple et trois enfants âgés de 18, 17 et 10 ans, ils sont logés à St Pierre en HLM, Mr a un CDI, ils en sont à la 3ème demande de titres de séjour, ils espèrent que le CDI sera un motif valable de recevabilité de leur demande.

Le collectif est principalement composé de Rachel et son mari, le nombre de donateurs a beaucoup diminué, pour 2022 il y a 11 attestations de don et pour 2023 cela se réduira probablement à 5.

La famille donne 500 euros pour le loyer et la moitié de la consommation d’eau.
Les parents ne parlent pas français, M. parle anglais, mais les traductions reposent sur la fille car, de plus, l’aîné des enfants souffre d’un bégaiement très invalidant.

L’OQTF a été levée en avril (raison de santé, intervention de M. Larsonneur ?)

100 pour 1 Toit Kerisbian Iroise (A.G. et F.B.)

 Ce collectif vient de se créer pour accompagner une dame angolaise et ses 5 enfants, ils sont en France depuis 4 ans et à Brest depuis 3 ans, les enfants sont âgés entre 3 et 18 ans, scolarisés à l’école primaire Kerisbian et au collège et lycée de l’Iroise.

Le collectif s’est créé à partir des écoles, la famille était logée par Coallia mais elle va être bientôt expulsée et une recherche de logement est en cours.

Le collectif a pour le moment 30 donateurs, des actions de communication sont en cours.

 100 pour 1 toit Brest-St Marc (C.M.)

Le collectif accompagne 6 jeunes, il y a 50 donateurs plus quelques dons irréguliers, quelques jeunes travaillent un peu et on leur demande de participer à hauteur de 20 euros chacun.

Le samedi matin il y a une institutrice qui leur donne des cours de français et les bénévoles se relayent régulièrement dans l’accompagnement des jeunes.

100 pour 1 toit Tanik Breizh (M. Le B. et M. S.)

Le collectif accompagne une famille arménienne composée du couple parental, la grand-mère et 3 enfants : 20, 13 et 3 ans.

Ils sont en France depuis plusieurs années et jusqu’à il y a trois ans ils avaient une carte de séjour pour des raisons de santé. Leur situation reste toujours précaire, car pour le moment les différentes demandes n’ont pas abouti, toutefois le point positif est que l’aîné vient d’obtenir un titre de séjour d’un an et il a pu tout de suite travailler. Une avocate est prête à s’occuper de la procédure pour la régularisation des autres membres. Le collectif a pour le moment des dons réguliers mais l’avenir reste incertain et la famille participe selon leurs possibilités.

Informations et initiatives

Nous avons pu échanger différentes informations concernant les logements, la possibilité de faire des demandes de bourses pour les enfants même en situation irrégulière, la possibilité aussi de demander à l’institutrice de Brest-St Marc de pouvoir recevoir d’autres personnes.

R. G. soulève le problème des frais bancaires surtout pour un collectif qui reçoit très peu de dons.

Au sujet des initiatives pour recueillir des dons : le mari de R. G. prévoit de faire à vélo la course Paris-Brest-Paris et le projet de demander une participation d’1 euro le kilomètre dans le but de recueillir de l’argent, il faudra préparer un flyer, un article de presse, une diffusion surtout dans le monde du sport.

Audrey se demande s’il faudrait faire appel à Hello association pour le payement en ligne, rendre plus accessible à ceux qui dématérialisent de plus en plus toutes leurs démarches, on évoque aussi le bouton sur le site. On se demande aussi si on pourrait se rapprocher des grandes surfaces chez lesquelles au moment du payement par carte, on demande si le client veut bien donner de l’argent ou arrondir la somme au bénéfice d’une association.

Autre idée : C.M. fait part que la PAM propose de nous permettre d’organiser un repas solidaire et un des jeunes du collectif est d’accord de cuisiner, tout est à organiser et on se propose de le faire ensemble.

Brest : une famille angolaise menacée d’expulsion

Digemer vient en aide à une famille angolaise de cinq enfants menacée d’expulsion.
Voyez l’article d’Ouest-France

Page 2 of 29

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén